OLVIDANDO A LAFAYETTE, LA PSICOTERAPIA ENTRE FRANCIA Y USA SE AGRAVA GRACIAS A MOON.
 

L'ambassadeur de France ecrit a la Maison Blanche M. Bush, je vous fais une lettre...

Il denonce une campagne "organisee" contre la France.

Par Pascal RICHE

vendredi 16 mai 2003

"La France sert de reference, elle declenche des passions negatives. On detourne ainsi l'attention d'autres problemes." Justin Vaisse, specialiste des relations franco-americaines

Washington, de notre correspondant

Initiative inhabituelle, l'ambassadeur de France a Washington, Jean-David Levitte, a ecrit hier une lettre a ses interlocuteurs de l'administration Bush, du Congres et a quelques journalistes americains pour se plaindre de la "campagne de desinformation" contre la France (lire ci-dessous). Pour Paris, il est clair que certains responsables de l'administration abreuvent deliberement les medias de fausses informations concernant les pretendus liens franco-irakiens.

Et la France reproche cette fois-ci publiquement au president Bush de ne pas avoir cru bon, jusque-la, de les identifier et de leur demander de s'abstenir. "Cette campagne a commence a l'automne pendant la discussion sur la resolution 1441 (sur l'Irak, ndlr), elle a continue lors du debat sur la seconde resolution, puis pendant la guerre, et elle ne semble pas pres de s'arreter. Nous avons estime qu'il etait temps de poser le probleme", explique Nathalie Loiseau, porte-parole de l'ambassade. Avec le feu vert de Jacques Chirac et de Dominique de Villepin, l'ambassadeur a donc pris sa plume. Le Washington Post, hier, a revele le projet de la lettre.

Passeports. La goutte d'eau qui a fait deborder le vase est venue, la semaine derniere, du Washington Times, quotidien ultraconservateur dont l'actionnaire principal est la secte Moon. Un article, publie le mercredi, commencait ainsi : "La France a secretement fourni a des responsables irakiens en fuite en Syrie des passeports qui leur ont permis de s'echapper vers l'Europe." Le journaliste, Bill Gertz, souvent bien informe, citait des "responsables familiers avec les rapports des services de renseignement". L'ambassade de France a eu beau s'etouffer contre ces "rumeurs totalement infondees", rien n'y a fait: les televisions et d'autres journaux s'en sont fait l'echo, certains citant a leur tour des "sources au Pentagone".

Un jour plus tard - un jour trop tard -, le departement d'Etat a fait savoir qu'il "n'avait aucune information indiquant que la France ait fourni des passeports pour des officiels irakiens". Mais vendredi, le secretaire a la Defense, Donald Rumsfeld, s'est refuse a dementir: "La France a eu, historiquement, des relations tres etroites avec l'Irak.
D'apres ce que je comprends, cela a continue jusqu'au declenchement de la guerre. Sur ce qui s'est passe apres, nous tirerons cela au clair", a-t-il grince.

Rumsfeld innocent. Ą l'ambassade de France, on a alors ete convaincu qu'une campagne deliberee, appuyee par de hauts responsables, visait a degrader l'image de l'Hexagone. L'affaire des "passeports" s'est en effet ajoutee a plusieurs autres "fuites" du meme acabit (lire ci contre). Hier, au cours d'une conference de presse, Donald Rumsfeld a plaide innocent: "Je ne suis pas au courant d'une telle campagne ", ajoutant: "Je ne peux pas parler pour le reste du gouvernement." Le secretaire a la Defense n'a pas pour autant dementi sa mefiance vis-a-vis de la France, estimant preferable de travailler avec "les pays qui ont une relation sūre avec nous". La Maison Blanche, de son cote, a affirme que les accusations francaises "ne reposaient sur aucune base".

Mais ces dementis ne trompent personne. Selon Justin Vaisse, specialiste des relations franco-americaines a la Brookings Institution, il est clair qu'on a affaire a une manipulation orchestree par un groupe precis, les "civils" (des conservateurs proches de Rumsfeld, ndlr) du Pentagone, qui veulent faire payer a la France son opposition a la guerre. Leur moteur est "peut-etre la rancune, ou plus vraisemblablement leur volonte de maintenir l'atmosphere de "guerre sur la guerre" et d'entretenir la flamme patriotique et ideologique. La France sert de reference, elle declenche des passions negatives. On detourne ainsi l'attention d'autres problemes, tout en mettant des batons dans les roues du departement d'Etat", qui cherche au contraire a detendre l'atmosphere a la veille du sommet d'Evian auquel Bush doit participer.

Therapie conjugale. La lettre de l'ambassadeur permettra-t-elle d'ouvrir une grande explication entre les deux pays ? En France, ou il doit se rendre d'ici dimanche dans la plus grande discretion, le secretaire adjoint a la Defense, Paul Wolfowitz, pourrait croiser Dominique de Villepin: tous deux doivent en effet participer, a Versailles, a la reunion d'une sorte de club secret des "maitres du monde", le "groupe Bilderberg". De son cote, le ministre de l'Economie et des Finances francais, Francis Mer, accueille ce week-end un G8 a Deauville.

Il compte emmener son collegue americain, John Snow, sur les plages du Debarquement, une nouvelle occasion de poursuivre une "therapie conjugale qui dure depuis deux cents ans", selon le mot recent du secretaire d'Etat, Colin Powell.

regresar