12/10/01 ETATS-UNIS/MOYEN-ORIENT
Chronique d'une crise internationale
Chronologie d'une escalade

lun mar mie jue vie sab dom
  11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 retornar a pag ppal.  

Vendredi 12 octobre

20H27 - NEW YORK: Précaution maximale après la contamination d'une employée de NBC à l'anthrax. Une partie du siège de NBC (Rockefeller Plaza, à Manhattan) est interdite d'accès depuis que les services sanitaires ont confirmé les symptomes d'anthrax cutané sur une employée de "Nightly News", l'émission de Tom Brokaw. Celle-ci avait reçu une enveloppe postée le 25 septembre contenant de la poudre blanche. Les premières analyses effectuées n'avaient rien révélé d'anormal. Dans une conférence de presse commune avec le président de NBC, Andrew Lack, le maire de New York, Rudy Giuliani, a reconnu que la rédaction du New York Times avait également reçu une enveloppe suspecte dans la matinée de vendredi. La 43e rue a été sécurisée entre Broadway et la 8e avenue.

18H18 - KABOUL: Accalmie dans le ciel Afghan. "Nous n'opérons pas aujourd'hui (...) dans la mesure où le vendredi est un jour sacré pour les musulmans", a annoncé le Pentagone. Le secrétaire américain à la Défense, Donald Rumsfeld a précisé lors du briefing quotidien que les moyens de défense antiaérienne et les infrastructures de communication des taliban avaient été considérablement réduits.

17H16 - WASHINGTON: Le secrétaire au Trésor, Paul O'Neill ajoute 39 noms à la liste des individus ou organisations suspectés de soutenir le terrorisme et passibles d'un gel international de leurs avoirs financiers. Ce sont donc désormais 66 noms qui figurent sur cette liste non exhaustive et susceptible d'ajouts, établie par une task force qui regroupe des représentants du Trésor, du FBI et de la CIA. Dès à présent, 62 Etats ont suivi les recommandations des Etats-Unis pour tarir le financement du terrorisme international. Selon Paul O'Neill, le gel des avoirs financiers d'Al Qaeda et des taliban représente une somme de 24 millions de dollars (dont 4 millions aux Etats-Unis).

Jeudi 11 octobre

19H37 - MUNICH/MILAN: Un ressortissant libyen "très motivé idéologiquement" extradé vers l'Italie. Lassed ben Henine, 32 ans, a été extradé par l'Allemagne à la demande du procureur de Milan Stefano Dambruoso, dans le cadre d'un vaste coup de filet dans les réseaux d'Al Qaeda en Europe. Ben Henine ainsi que deux Tunisiens (Belkacem Mohamed ben Aouadi et Riadh Jelassi) interpellés dans la journée de mercredi ont été inculpés pour "association de malfaiteurs ayant l'intention d'obtenir et de transporter des armes et des explosifs, et de fournir des faux papiers".

16H53 - ISLAMABAD: Silence des autorités pakistanaises sur la présence de forces terrestres américaines. Selon le journal anglophone d'Islamabad The Dawn des troupes et des appareils américains (une dizaine d'avions et trois hélicoptères) auraient été aperçus à l'aéroport de Jacobabad (centre du Pakistan). Les autorités pakistanaises et le Pentagone se sont refusés à faire "tout commentaire qui pourrait compromettre la planification des opérations en cours".

15H51 - LONDRES: Lors d'une conférence de presse du secrétaire britannique à la Défense, Geoff Hoon, l'amiral Michael Boyce a estimé difficile de prévoir quelle serait la durée des opérations militaires en Afghanistan. "Nous devons nous attendre à ce qu'elles durent tout l'hiver, au plus tard jusqu'à l'été", a-til déclaré.

12H52 - ISLAMABAD: le président pakistanais Pervez Musharraf a présidé une réunion du gouvernement étendue aux gouverneurs de provinces (Punjab, Balouchistan, Sind Nord-Ouest) et aux chefs de la police afin de statuer sur les mesures de sécurité à prendre afin d'assurer le maintien de l'ordre dans le pays. La crainte des manifestations prévues vendredi (jour de prière) a été renforcée par l'annonce de la saisie d'un stock de près 2 500 grenades entreposées à Landikotal (province du Nord-Ouest, limitrophe de l'Afghanistan) par un activiste pachtoune.

12H28 - BAGDAD: L'Irak, qui a abattu mercredi un drone reconnaissance RQ-1B Predator de l'US Air force patrouillant dans son espace aérien, estime, par la voix de son ambassadeur aux Nations unies, Mohammad al-Douri, "stupide", "naïf" et "arrogant" l'avertissement des Etats-Unis enjoignant les autorités irakiennes de conserver un profil bas.

Mercredi 10 octobre

22H02 - AL SHA'AFA: Les frappes en Afghanistan ne constituent "que la première phase de la campagne internationale de lutte contre le terrorisme". Le Premier ministre britannique, Tony Blair, a déclaré, à l'issue d'un entretien avec le sultan Qabous, que "tout pays soutenant le terrorisme [financièrement ou militairement] pourrait être pris pour cible". Plus de 20 000 soldats britanniques sont actuellement stationnés sur la base d'Al Sha'afa.

21H25 - ANKARA: par 304 voix contre 109, le Parlement turc autorise l'envoi de forces armées en Afghanistan. C'est ce qui ressort du projet de loi soumis aux parlementaires d'Ankara pour soutenir l'opération antiterroriste conduite par les Etats-Unis. L'armée turque, partie prenante de l'Otan, pourrait dispenser aide technique et formation aux les combattants de l'Alliance du Nord.

20H54 - KABOUL: Les frappes aériennes s'intensifient. En deux heures, Kaboul aurait reçu 18 bombes, en quatre vagues survenues depuis 15H45 GMT. La région de Kandahar, fief des taliban, a également été la cible de frappes massives.

17H53 - WASHINGTON: George W. Bush communique une nouvelle liste des "22 terroristes les plus recherchés". Le président des Etats-Unis, soucieux de ne pas limiter les représailles internationales à la seule traque de Bin Laden, a rendu publics, depuis le siège du FBI, les noms de 22 terroristes "opérant dans l'ombre": Abdul Rahman Yasin (attentat contre le World Trade Center, 26 février 1993); Khalid Shaikh Mohammed (tentative d'attentat au Moyen-Orient, janvier 1995); Ahmed Ibrahim Al-Mughassil, Ali Saed Bin Ali El-Houri, Ibrahim Salih Mohammed Al-Yacoub, Abdelkarim Hussein Mohamed Al-Nasser (attentats à la bombe, Khobar, Arabie saoudite, 25 juin 1996); Osama bin Laden, Muhammad Atef, Ayman al-Zawahiri, Fazul Abdullah Mohammed, Mustafa Mohamed Fadhil, Fahid Mohammed Ally Msalam, Ahmed Khalfan Ghailani, Sheikh Ahmed Salim Swedan, Abdullah Ahmed Abdullah, Anas Al-Liby, Saif Al-Adel, Ahmed Mohammed Hamed Ali, Mushin Musa Matwall Atwah (attentats à la bombe contre les ambassades américaines au Kenya et en Tanzanie, 7 août 1998); Imad Mugniyah, Hassan Izz-Al-Din et , Ali Atwa (détournement du vol TWA 847, 14 juin 1985).

17H09 - PARIS: La Cité de Londres, sanctuaire de l’argent sale. Le rapport de Mission anti-blanchiment de l'Assemblée nationale conduite depuis 1999 par les députés Vincent Peillon et Arnaud Montebourg souligne les sévères lacunes de la Grande-Bretagne dans ce domaine: "La City, coffre-fort de la finance mondiale, continue d’ignorer largement ses obligations anti-blanchiment pendant que la communauté des magistrats des différents pays d’Europe souffre des interminables exigences du Royaume-Uni pour accorder sa coopération judiciaire", soulignent les rapporteurs. (http://www.assemblee-nationale.fr/dossiers/blanchiment.asp).

15H32 - MIAMI: La piste criminelle se pécise. Selon des sources proches du FBI, les premiers tests effectués sur les souches d'anthrax prélevées en Floride sur deux patients dont l'un (Robert Stevens) est récemment décédé révéleraient la présence de spores fabriquées dans un laboratoire de l'Iowa, probablement dans les années 1950. Les conclusions définitives sur l'origine de ces bactéries ne seront connues qu'après comparaison avec les spécimens répertoriés dans les différentes "bibliothèques de bactéries".

00H13 - WASHINGTON: Tensions entre la présidence et le congrès sur les fuites d'informations confidentielles. George W. Bush a adressé aux parlementaires un mémorandum stipulant que, pour éviter les fuites d'informations sensibles, seuls les quatre plus hauts dirigeants du Sénat, (le démocrate Thomas Daschle et le républicain Trent Lott) et de la Chambre des représentants (le républicain Dennis Hastert et le démocrate Dick Gephardt) ainsi que les chefs de file des deux partis siégeant aux commissions pour le renseignement des deux chambres, seront tenus "régulièrement au courant des développements en cours".

Mardi 9 octobre

19H25 - WASHINGTON: Les Etats-Unis poursuivent pour la troisième nuit consécutive leurs bombardements sur l'Afghanistan. Les attaques visent notamment le centre de commandement de Kandahar, où se trouve par ailleurs la résidence du chef des taliban, le mollah Mohammad Omar, et plus généralement, selon le Pentagone, "à faire sortir de leurs abris les dirigeants taliban et leurs hôtes".

20H27 - BRUXELLES: Eurojust réunira mercredi les procureurs des Quinze afin de renforcer la coopération antiterroriste. Eurojust, créé par le Traité de Nice en février 2001 fonctionne tel un parquet européen chargé de coordonner la lutte contre la criminalité organisée et de faciliter les demandes d'information et d'assistance entre les différents pays de l'Union européenne. Les coups de filet dans les réseaux intégristes en Europe depuis les attentats du 11 septembre et la question du mandat d'arrêt européen, défendue par la présidence belge de l'Union, seront au cœur des débats.

17H03 - MANASSAS (Virginie): Un troisième cas supposé de contamination à l'Anthrax entretient la psychose d'une attaque bio-terroriste. Tandis que deux cas déclarés de contamination à l'Anthrax sont scrupuleusement examinés en Floride, un troisième cas supposé fait l'objet d'analyses à l'hôpital de Manassas (virginie). Selon le secrétaire d'Etat britannique au Foreign Office, Ben Bradshaw, "le réseau Al-Qaeda a tenté de se procurer des armes biologiques et chimiques au cours des dix dernières années. Nous estimons qu'il en a probablement obtenu. "

12H13 - ISLAMABAD: Arrestations dans les milieux religieux. Trois dignitaires islamistes, déjà sous étroite surveillance de l'ISI, ont été interpellés en raison de leur rôle éminent dans les violentes manifestations anti-américaines de lundi à Islamabad: Fazal-ur Rehman (dirigeant du Jamiat Ulema-e-Islam, le parti des oulémas), Samuel Haq (leader pro-taliban du Conseil de défense afghan), ainsi que Azam Tariq (chef du Sipah-e-Sahaba) ont été placés en détention par les autorités pakistanaises pour une durée de trois mois.

8H26 - OTTAWA: L'Otan contribue à la protection du sol américain. Cinq avions de surveillance AWACS (Airborne Warning and Command System) de l'Otan seront affectés à la protection du territoire américain. "C'est l'une des demandes d'aide que les Etats-Unis ont formulées", a déclaré le secrétaire général de l'Otan, George Robertson, qui assistait à l'Assemblée des parlementaires de l'Otan réunie au Canada. Par ailleurs, selon le ministre canadien de la Défense, Art Eggleton, Ottawa va mettre 2 000 hommes, quatre frégates, un contre-torpilleur et un bâtiment de soutien à la disposition de la coalition internationale de lutte contre le terrorisme.

Lundi 8 octobre

21H03 - WASHINGTON - Le département américain de la Défense annonce une seconde série de frappes en Afghanistan. Selon le général Richard Myers, chef d'état-major interarmes, dix bombardiers - des B2 furtifs et des B1 - ainsi que dix autres appareils ayant décollé de porte-avions ont visé des objectifs "similaires" à ceux de dimanche, principalement dans les régions de Kaboul de Kandahar, et de Jalalabad. Lors d'un briefing au Pentagone, Richard Myers a reconnu qu'une partie des missiles dirigés contre les avions américains lors de l'attaque de dimanche soir étaient des missiles Stinger livrés en Afghanistan par les Etats-Unis durant l'occupation soviétique.

19H13 - NEW YORK: Les Etats-Unis n'exluent pas d'intervenir dans d'autres pays. John Negroponte, ambassador des Etats-Unis à l'ONU informe par une lettre les pays membres du Conseil de sécurité de l'ONU que les Etats-Unis pourraient estimer nécessaire de poursuivre la campagne de lutte anti-terroriste "contre d'autres organisations et dans d'autres Etats".

18H17 - DOUCHANBE: L'ex-république soviétique du Tadjikistan a annoncé l'ouverture de son espace aérien aux avions américains et le renforcement de la sécurité à sa frontière avec l'Afghanistan (1 200 km). Le gouvernement tadjik a également a également proposé de fournir des aérodromes aux avions américains "en cas de nécessité".

17H00 - WASHINGTON. Tom Ridge, 56 ans, est devenu officiellement Director of Homeland Security. L'ancien gouverneur de Pennsylvanie, Tom Ridge, a prêté serment à la Maison Blanche à 11H00 (17H00 à Paris). Cet ancien Marine vétéran du Vietnam prend la direction d'un organe créé spécialement à la suite des attentats du 11 septembre pour coordonner l'action des quarante agences fédérales (parmi lesquelles la CIA et le FBI, les garde-côte, les services du département de l'Energie) liées au renseignement et à la lutte anti-terroriste.

14H44 - ISLAMABAD: Remaniement au sein de l'appareil militaire pakistanais. A la suite des premiers raids américains en Afghanistan, le président pakistanais Pervez Musharraf a procédé à des aménagements au sein de sa garde rapprochée. Le général Mahmood Ahmed chef de l'ISI (services de renseignement), taxé d'entretenir des liens étroits avec l'exécutif taliban, sera, selon le quotidien The News, mis à la retraite anticipée et cèdera sa place au général Elsanul Haq, précédemment commandant des forces basées à Peshawar.

Dimanche 7 octobre

22H53 - WASHINGTON: Premières frappes des forces américaines et britanniques en Afghanistan. Le général Richard Myers, chef d'état-major interarmes, a détaillé les forces employées pour la "première étape" militaire de l’opération "Liberté immuable": 15 bombardiers, 25 avions de guerre ayant décollé de porte-avions en mer ou de bases aériennes terrestres, ont tiré des missiles à 16H30 GMT (18H30 à Paris) sur des cibles situées à Kaboul (notamment l'aéroport), et près de la ville de Kandahar, le fief du Molah Omar. Les navires de combat et des sous-marins britanniques et américains ont également tiré 50 missiles de croisière Tomahawk depuis des positions en mer d'Arabie.

22H46 - DUBAI: La chaîne d'information arabe al-Jazira diffuse un enregistrement vidéo d'Ussama bin Laden peu après les premières frappes américaines contre les camps de l'organisation Al Qaeda en Afghanistan. Après s'être félicité de l'impact des attentats aux Etats-Unis, celui-ci conclut en menaçant l'Amérique de ne "plus jamais connaître la sécurité".

19H45 - WASHINGTON - Le président américain, George W. Bush, annonce lors d’une allocution télévisée de sept minutes que les forces armées américaines ont, sur son ordre et avec le soutien de la Grande-Bretagne, lancé les frappes militaires contre les taliban au pouvoir en Afghanistan.

03H51 - WASHINGTON : Les ministres des Finances des pays du G7 réunis dans la capitale fédérale définissent un plan pour adapter leur législation à la lutte contre les flux financiers qui alimentent le terrorisme. Première étape : le 29 octobre prochain, le GAFI, l'organisation de prévention contre le blanchiment, se réunira à Washington pour établir des préconisations techniques.

Samedi 6 octobre

15H30 - CALIFORNIE: Un satellite d'observation lancé par un vecteur Titan 4B depuis la base de Vandenberg (Californie) a été mis en orbite géostationnaire, selon un communiqué de l’US Air Force. Ce satellite militaire de reconnaissance serait équipé de caméras numériques capables de repérer des objets de quelques dizaines de centimètres au sol.

12H45 - KABOUL : Des tirs des batteries de défense anti-aérienne sont entendus dans la capitale afghane. Selon des témoins, ils visaient un avion volant à faible vitesse et à haute altitude.

09H24 - ISLAMABAD : Le régime pakistanais émet un décret ordonnant l'expulsion de 89 ressortissants étrangers soupçonnés d'animer des ONG humanitaires qui soutiendrait Ussama Bin Laden. Selon le ministère de l'intérieur, la plupart de ces personnes sont des citoyens saoudiens et soudanais. Depuis plusieurs années, les services de renseignement jordaniens et égyptiens désignent plusieurs organisations caritatives d'origine saoudiennes comme étant à l'origine des financements d'Al-Qaeda.

Vendredi 5 octobre

17H43 - PARIS: Les grandes lignes du plan Biotox. Le ministre délégué à la Santé, Bernard Kouchner, a dévoilé les grands principes du plan de prévention, de surveillance, d'alerte et d'intervention en cas d'agression biologique d'origine terroriste. Ce plan concerne essentiellement la surveillance des lieux de stockage sensibles, et de production pharmaceutique, ainsi que le contrôle de la détention et de la circulation des agents infectieux (peste, charbon, brucellose, botulisme, etc.) Les services de microbiologie de neuf hôpitaux seraient, selon Bernard Kouchner, en mesure d'encadrer une crise, associés aux "hôpitaux de référence" désignés dans chaque zone de défense pour la mise en place d'unités de décontamination. La mise en œuvre du plan représente un budget de 400 millions de francs environ (60,98 millions d'euros).

17H08 - TACHKENT: Le secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld a annoncé lors de sa visite en Ouzbekistan l'envoi d'un millier d'hommes de la 10ème division de montagne de Fort Drum (Etat de New York). Le président ouzbek Islam Karimov a précisé lors de leur rencontre avoir autorisé les forces américaines à utiliser une base aérienne dans son pays afin d'y déployer des avions de transport, des hélicoptères et des soldats. L'armée oubzbèke, dont les effectifs sont estimés à 60 000 personnes, devrait rester en marge des opérations.

Jeudi 4 octobre

22H45 - LE CAIRE: La tournée de Donald Rumsfeld passe par l'Egypte pour consolider les bases de la coalition internationale. A l'issue d'un entretien avec le président égyptien Hosni Moubarak, qui a réitéré son refus de participer à une opération militaire sous commandement des Etats-Unis, le secrétaire américain à la Défense s'est montré circonspect quant à l'efficacité des seules actions militaires: "J'ai le sentiment qu'il est plus probable que des éléments d'information des services de renseignements contribuent à démanteler ces réseaux plutôt qu'un missile de croisière ou une bombe". Il a ensuite l'attention de son auditoire sur le danger de voir des réseaux terroristes "mettre la main sur des armes de destruction massive".

18H08 - ISLAMABAD: Le Pakistan reconnaît la crédibilité des charges qui pèsent contre Bin Laden. Selon un porte-parole du ministère pakistanais de la Défense, les éléments d'enquête fournis par les Etats-Unis au Pakistan constituent "certainement une base suffisante pour une inculpation par un tribunal".

17H55 - LONDRES: Tony Blair lève un coin du voile. Devant la Chambre des communes, le Premier ministre britannique a révélé quelques uns des éléments fournis par Washington pour démontrer la culpabilité de Bin Laden dans les attentats du 11 septembre: Bin Laden avait prévenu ses lieutenants de l'imminence d'une attaque; trois des pirates de l'air ont été formellement identifiés comme des membres d'Al-Qaeda; l'un des lieutenants les plus proches de Bin Laden a clairement indiqué qu'il avait aidé à la préparation des attentats. Tony Blair doit se rendre à Moscou dans la soirée pour y rencontrer le président Vladimir Poutine.

16H51 - BRUXELLES: L'Otan dans les starting blocks. L'Otan a, selon son secrétaire général, George Robertson, décidé de s'engager aux côtés des forces américaines. Une première étape consistera à deployer des éléments navals. Cette décision fait suite à la demande "d'aide concrète" présentée par les Etats-Unis à leurs alliés, en vertu de clause de défense mutuelle du traité fondateur de l'Otan. "La décision d'aujourd'hui prouve clairement la détermination des Alliés à combattre le terrorisme", a déclaré George Robertson, en précisant qu'un tel engagement n'était "de toute évidence pas limité dans le temps".

15H54 - MASCATE: Deuxième étape de la tournée de Donald Rumsfeld au Moyen-Orient. Le secrétaire américain à la Défense a rencontré le sultan d'Oman pour évoquer "la coopération entre les deux pays amis et les développements sur la scène internationale". Le sultanat d'Oman, qui contrôle notamment l'accès au détroit d'Ormuz, à l'entrée du Golfe, a été "un fidèle allié" des Etats-Unis dans le passé et la présence militaire américaine dans les installations omanaises est régie depuis 1980 dans le cadre d'un accord de coopération bilatéral.

Mercredi 3 octobre

16H21 - PARIS: La position française se précise. A l'issue d'un conseil de défense informel à l'Elysée, la porte-parole de la présidence française, Catherine Colonna, a déclaré que "les informations données par les Etats-Unis à leurs partenaires de l'Otan recoupent celles dont disposait la France et ne laissent aucun doute sur l'origine des attaques" du 11 septembre. Le Premier ministre Lionel Jospin est quant à lui intervenu devant l'Assemblée nationale pour confirmer les modalités de l'engagement français aux côtés des Etats-Unis: "Des bâtiments français de la Marine nationale déployés dans l'Océan Indien coopèrent avec l'US Navy, notamment pour contribuer au soutien logistique de la force aéronavale déployée en Mer d'Arabie"

13H33 - RYAD: Le secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld se rend à Ryad. Objectif de cette première étape de sa tournée régionale: consolider la campagne antiterroriste, et convaincre les dirigeants saoudiens - opposés à s'engager dans une guerre contre l'Afghanistan - du bien fondé de l'intervention occidentale. Il devrait ensuite se rendre à Oman, en Egypte et en Ouzbékistan.

12H42 - WASHINGTON: Selon le Washington Post daté du 3 octobre, la CIA a équipé et entraîné une soixantaine d'officiers pakistanais du renseignement en 1999 pour capturer Ussama Bin Laden. L'opération avait été conclue entre le Premier ministre pakistanais d'alors, Nawaz Sharif, le chef des services pakistanais et l'administration Clinton, qui avait promis en échange la levée des sanctions économiques contre le Pakistan. Mais ce projet qui semblait sur les rails a été annulé le 12 octobre 1999, à la faveur du coup d'Etat qui a porté le général Pervez Musharraf au pouvoir.

8H08 - WASHINGTON: Le Sénat américain a voté à l'unanimité (99 voix) le projet de loi d'orientation budgétaire pour le ministère de la Défense totalisant 345 milliards $ (376 milliards d'euros/2 464 milliards FF) pour l'année fiscale 2002 (qui commence au 1er octobre). Le "package" inclut une enveloppe 18,3 milliards pour le projet (jadis) controversé de bouclier anti-missile qui est passé sans encombre. Le texte du projet de loi du Sénat devra maintenant être harmonisé avec celui de la Chambre des représentants qui l'avait voté dans des termes différents le 25 septembre.

Mardi 2 octobre

17H45 - WASHINGTON: L'administration Bush prépare une campagne de communication destinée aux Afghans. Celle-ci pourrait être diffusée par radio depuis le Pakistan, ou par des chaînes de télévision régionales comme Al-Jazeera, la chaîne cablée arabophone financée par l'émirat du Qatar. Le secrétaire d'Etat Colin Powell devait s'en entretenir avec l'émir du Qatar cette semaine. Les trois messages clés de cette campagne seront: 1) "les Etats-Unis sont en guerre avec le terrorisme, mais pas avec l'islam ni les musulmans"; 2) "l'aide financière des Etats-Unis à l'Afghanistan est parmi les plus importantes"; 3) "la majorité des Afghans ne soutiennent pas Bin Laden et n'ont aucun lien avec Al Qaeda".

17H30 - PARIS: Djamel Beghal énonce devant les magistrats les plans de son entreprise terroriste. Le Franco-algérien de 35 ans, arrêté en juillet aux Emirats arabes unis et extradé vers la France dans la journée de lundi a reconnu devant les juges d'instruction Jean-François Ricard et Jean-Louis Bruguière avoir préparé un attentat contre l'ambassade des Etats-Unis à Paris sur ordre de l'organisation Al Qaeda d'Ussama bin Laden, via un de ses lieutenants, Mohammed Zine el Abidine, dit Abou Zoubeida. Selon ses déclarations, Nizar Trabelsi (interpellé le 13 septembre en Belgique) devait pénétrer dans l'ambassade avec une ceinture d'explosifs. Le centre culturel situé place de la Madeleine devait être la cible d'un camion piégé.

16H27 - BERLIN: En tout, l'administration fédérale allemande a gelé 214 comptes en banques, soit un total de 8 millions de marks (4,09 millions d'euros) dans le cadre de l'action internationale engagée contre les sources financières du terrorisme.

13H40 - BRUXELLES: L'Otan juge "claires et irréfutables" les preuves de l'implication de Bin Laden dans les attentats du 11 septembre. George Robertson, secrétaire général de l'Otan, a déclaré que " tous les chemins mènent à Al-Qaeda", au terme d'un exposé prononcé par l'ambassadeur américain extraordinaire Francis X. Taylor. George Robertson a par ailleurs précisé que "l'OTAN traduira cette décision en action opérationnelle".

Lundi 1er octobre

21H35 - TEHERAN: La diplomatie iranienne en action. Le ministre iranien de la Défense, Ali Shamkhani Shamkhani est parti pour une visite officielle de quatre jours à Moscou. Il s'entretiendra avec son homologue russe de la Défense, Serguei Ivanov, du renforcement de la coopération militaire bilatérale et de la situation internationale. Au cours d'une conférence de presse, il a réitéré les réticences de l'Iran à une intervention militaire américaine en Afghanistan, et a mis en garde les Etats-Unis contre tout débordement: "Nous défendrons vigoureusement notre espace aérien".

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Kamal Kharrazi, qui a rencontré le président égyptien Hosni Moubarak dans la journée de dimanche, a quant à lui estimé que "les frappes aveugles ne mèneront pas à l'éradication du terrorisme".

15H38 - LONDRES: Le chancelier de l'Echiquier (ministre des Finances) britannique, Gordon Brown, a annoncé le gel de près de 90 millions de dollars d'avoirs financiers liés au régime des talibans ou à des organisations terroristes. Ces dispositions prises en vertu de l'Anti Terrorism Act permettent selon le quotidien The Times, au Premier ministre Tony Blair de mettre ses actes en conformité avec ses propos: "Il ne pouvait donner de leçons aux autres [nations] dans la lutte contre le terrorisme quand sa capitale est utilisée comme un havre terroriste".

10H07 - WASHINGTON: Interrogé sur CNN, l'Attorney general John Ashcroft (ministre de la Justice), s'est inquiété de la persistance de la menace terroriste: "Nous croyons qu'il existe encore des risques substantiels d'actions terroristes aux Etats-Unis", a-t-il estimé au cours de l'émission Late Edition de Wolf Blitzer en s'appuyant sur les résultats intermédiaires de l'enquête. C'est la raison pour laquelle, selon lui, le Congrès doit agir, afin de renforcer les capacités de surveillance au-delà de ce que la législation américaine permet actuellement.

Dimanche 30 septembre

20H46 - RYAD: L'Arabie saoudite officiellement opposée à servir de base arrière aux forces américaines. Le royaume "n'acceptera pas la présence de troupes étrangères sur son sol pour combattre les Arabes et les musulmans", a déclaré le ministre saoudien de la Défense, le prince Sultan Ben Abdel Aziz dans l'édition dominicale du journal arabophone "Okaz. De son côté, le ministre de l'Intérieur, Prince Nayef n'a cependant pas rejeté la possibilité d'autoriser les Etats-Unis à utiliser les espaces aérien et maritime du royaume wahhabite

11H30 - ROME: Une délégation composée de onze hauts responsables du Congrès américain, républicains et démocrates, rencontre l'ancien monarque afghan, Mohammed Zaher Shah, en exil depuis 1973 dans les environs de Rome. Ce dernier, âgé de 86 ans, n'envisage pas de jouer un rôle gouvernemental, mais a exprimé le souhait de "réunir une Loya Jirgah [large assemblée des aînés et des notables]" dès que possible en Afghanistan.

Samedi 29 septembre

17H54 – HAMBOURG: Une information judiciaire a été ouverte contre trois hommes interpellés dans la journée de jeudi. Talip T. , un Turc de 27 ans, et deux Yéménites: Wadee Al-A. , 24 ans, et Shahab Al-A. , 26 ans, ont vécu à Wiesbaden, et sont soupçonnés d'appartenir à un réseau terroriste qui projetait de perpétrer des attentats en Allemagne. Selon le New York Times les services de renseignement américains estiment que les attentats ont été préparés en Allemagne, notamment depuis Hambourg et prévoient de doubler l'effectif des enquêteurs américains travaillant sur cette piste.

11H00 - ONU: Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté à l'unanimité la résolution 1373 présentée par les Etats-Unis. Qualifée de "très ambitieuse", celle-ci contraint les Etats à priver les réseaux terroristes de soutien financier et logistique. Il a fallu à peine 24 heures de consultations aux Nations unies pour adopter ce texte. Ce vote fait suite à la résolution 1368, votée à l'unanimité le 12 septembre, qui condamnait les attentats et permettait aux Etats-Unis de faire valoir la clause de la "légitime défense" pour répondre militairement à l'agression terroriste.

Vendredi 28 septembre

13H08 - NEW DELHI: Le leader du Mouvement islamique des étudiants d'Inde (SIMI) arrêté. Shahid Badr, passé dans la clandestinité après avoir signifié publiquement son soutien à Ussama Bin Laden au lendemain des attentats du 11 septembre, a été interpellé et écroué par les autorités indiennes. Interdit depuis une semaine, le SIMI est soupçonné d'être impliqué depuis 1989 dans diverses opérations menées par les séparatistes musulmans actifs au Cachemire.

3H44 - CHICAGO: Le président George W. Bush a communiqué une série de mesures destinées à renforcer la sécurité à bord des avions: Déploiement des National Guards dans les zones aéroportuaires; installation de systèmes vidéo d'alerte dans les cabines passagers et de systèmes d'identification. Dans la soirée, le secrétaire d’Etat à la Défense, Donald Rumsfeld, annonçait que désormais, et dans les circonstances exceptionnelles, les autorités militaires seraient habilitées à faire abattre des avions civils présentant un danger «absolument certain» pour les villes américaines.

Jeudi 27 septembre

15H13 – WASHINGTON: Mission égyptienne aux Etats-Unis. Le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Maher était en visite mercredi à Washington afin de rencontrer le secrétaire d'Etat Colin Powell, et "d'aplanir les différends entre l'Egypte et l'Amérique" sur la manière de lutter contre le terrorisme international. Le président Hosni Moubarak plaide, depuis sa tournée dans les capitales européennes, pour la tenue d'une conférence internationale sur le terrorisme organisée sous l'égide des Nations unies. La délégation, qui comprenait également Omar Soleimane, le chef des services de renseignement égyptiens, devait également rencontrer Condoleezza Rice, conseiller pour la sécurité nationale, et le patron de la CIA, George Tenet.

00H05 - WASHINGTON: Le sénateur Carl Levin s'appuie sur les révélations d'Intelligence Online. La commission bancaire du Sénat américain (Senate Banking, housing, and Urban Affairs Committee) a débattu de diverses mesures législatives nécessaires pour intensifier la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement des activités terroristes. Intervenant à cette occasion, le sénateur Carl Levin (démocrate, Michigan) s'est appuyé sur les informations diffusées par Intelligence Online (IOL n°413) pour s'indigner du fait que les avoirs financiers de bin Laden, généralement bien connus du Département d'Etat (il avait investi notamment 50 millions $ en 1991 dans le capital de la banque soudanaise Al Shamal Islamic Bank) n'aient pas encore été gelés.

Mercredi 26 septembre

18H00 - BUDAPEST: Interpol fait amende honorable et annonce une réorganisation. "Les actes terroristes, et notamment les attaques perpétrées le 11 septembre (à New York et à Washington), ont mis à nu les faiblesses de notre système de communication", a déclaré Ronald Noble, secrétaire général de l'organisation. Il a reconnu par ailleurs que le système de communication des données est largement obsolète. Un nouvelle version de ce système devrait voir le jour en 2003 avec "une base de données internationale d'avis de recherche qui lierait directement les bases de données de chaque pays."

17H03 - SOFIA: Bin Laden intéressé par des déchets nucléaires. Un homme d'affaires bulgare a affirmé à l'Agence France Presse avoir été approché par Ussama Bin Laden, puis par un de ses lieutenants en marge d'une réunion religieuse près de Peshawar (Pakistan) au mois d'avril. Ce dernier désirait acquérir le combustible usagé de la centrale nucléaire bulgare de Kozlodoui. L'hommes d'affaires, qui s'est confié à l'AFP sous le pseudonyme de "Ivan Ivanov", se serait vu offrir une commission de 200 000 dollars (217 260 euros) qu'il aurait déclinée.

"Ivan Ivanov", qui a déclaré à l'AFP avoir travaillé pendant plus d'un an comme sous-traitant du Binladin Contracting Group, a indiqué que cette société "a été engagée dans le projet de communication globale Iridium, qui a échoué, et dispose d'une information substantielle sur les normes américaines [de communication] constituant un élément de la sécurité nationale".

16H02 - ISLAMABAD: Le Paskistan se met au diapason de Washington. La Banque centrale du Pakistan a décrété le gel des avoirs financiers des 27 organisations désignées par les Etats-Unis comme étant liées au terrorisme international. Sont notamment touchés par ce gel des comptes bancaires: le Harakat ul-Moujahidine, dont les combattants luttent contre la présence indienne au Cachemire, et l'association caritative Al Rashid Trust, qui affirme mener un travail humanitaire vers l'Afghanistan. Une liste symbolique puisque d'autres organisations actives au Cachemire, comme le Lashkar-e-Taiba et le Jaish-e-Mohammad, n'y sont pas mentionnées.

14H03 - MADRID: Coup de filet dans la filière espagnole. La police espagnole a arrêté à l'aube six hommes appartenant au Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC) qui se seraient entraînés dans camps de Bin Laden en Afghanistan: Mohamed Boualem Khnouni ("Abdallah"), leader du groupe; Mohamed Belaziz; Yasin Seddiki; Hakim Zerzour; Hocine Khouni et Madjid Sahouane (alias "Abderrahman"). Lors de sa conférence de presse, le ministre de l'intérieur, Mariano Rajoy, a précisé que ces hommes avaient été en contact avec Nizar Trabelsi (un Tunisien arrêté en Belgique le 13 septembre) et Jérôme Courtailler (arrêté aux Pays-Bas le même jour), dont le groupe fomentait des attentats contre les intérêts américains en Europe.

13H11 - PARIS: Un français arrêté à Londres à la demande des judges anti-terroristes. Le ministère de l'Intérieur a confirmé l'arrestation de Kamel Daoudi, un ressortissant français de 23 ans qui avait échappé au coup de filet opéré vendredi dans les mileux islamistes en région parisienne. Spécialiste en informatique, Daoudi avait séjourné dans l'appartement de Djamel Beghal, un Franco-algérien arrêté début août aux Emirats arabes unis.

10h50 - NEW YORK: L’Indonésie apporte son soutien aux Etats-Unis. La présidente Megawati Sukarnoputri a déclaré son pays "prêt à coopérer avec les Etats-unis et les autres pays civilisés dans leur combat contre le terrorisme". Elle n’a pas précisé quel type d’aide serait apporté. Cependant le soutien d’une nation peuplée de 210 millions de musulmans contribue à dessiner une coalition internationale et non exclusivement occidentale.

Mardi 25 septembre

20H19 - WASHINGTON: Le secrétaire américain à la Défense Donald Rumsfeld annonce que l'opération militaire préparée par les Etats-Unis et leurs alliés est rebaptisée "Liberté durable". Un changement d'appellation qui témoigne de la volonté de ne pas froisser l'opinion publique des pays musulmans. Dans le courant du Week-End, la Maison Blanche avait déjà présenté ses excuses à ceux que le terme de "croisade" employé par George W. Bush aurait pu choquer.

18h30 - BUDAPEST: A la demande des autorités égyptiennes, Interpol lance un mandat d'arrêt international contre Aïman al Zaouahri, dirigeant du Djihad égyptien, et figure-clé d'Al Qaïda. "Les 179 pays membres d'Interpol sont en conséquence priés de le chercher, et en cas de réussite, d'en informer le bureau d'Interpol au Caire ainsi que le bureau central de Lyon", peut-on lire dans un communiqué de l'institution policière.

15H46 LONDRES: La Financial Services Authority (FSA) britannique épluche les relevés de transactions boursières sans avoir, pour l'heure, pu démontrer l'existence d'un délit d'initié. "Les pistes particulières que nous avons déjà remontées ne nous ont pas conduits à la découverte d'activité malhonnêtes", a déclaré Howard Davies, numéro un de la FSA. Les investigations on pour but d'établir si oui ou non les instigateurs des attentats du 11 septembre ont utilisé ce qu'il savaient pour spéculer sur l'or, le pétrole, les assurances ou les compagnies aériennes.

12H15 - DJAKARTA: La plus haute autorité religieuse d'Indonésie a demandé à la présidente Megawati Sukarnoputri de ne pas soutenir Washington. Le comité des oulémas d'Indonésie, par la voix de son secrétaire général, Dien Syamsuddin, a appelé au Jihad en cas "d'agression des Etats-Unis et de leurs alliés contre l'Afghanistan et le monde islamique".

11H33 - RYAD: L'Arabie saoudite, faisant suite aux Emirats arabes unis, a annoncé la rupture de ses relations diplomatiques avec le régime des taliban. Le communiqué diffusé par la Saudi Press Agency (SPA) indique que le régime des taliban s'est notamment rendu coupable "d'accueillir, former et recruter un nombre d'égarés de toutes les nationalités, particulièrement des Saoudiens, pour qu'ils entreprennent des actes criminels contraires à toutes les religions, tout en refusant de livrer ces criminels à la justice". Selon la SPA, le prince héritier Abdullah bin Adbulaziz se serait entretenu par téléphone avec le président Bush dans la soirée de lundi. Seul le Pakistan, qui a pourtant procédé au retrait de ses diplomates dans la journée de lundi, conserve encore officiellement des relations diplomatiques avec Kaboul.

Lundi 24 septembre

23H30 - WASHINGTON L'Organisation mondiale de la santé (OMS) avertit les gouvernements occidentaux de risques d'attaques chimiques ou bactériologiques. "Nous devons être prêts à faire face à une agression délibérée des populations au moyen d'agents biologiques ou chimiques", a déclaré Gro Harlem Brundtland, directrice générale de l'Organisation mondiale de la santé. L'OMS dispose de toutes les informations nécessaires pour contenir les dégâts causés par des agents tels que l'anthrax ou la variole, via les indications contenues dans son rapport technique "Santé publique et armes chimiques et biologiques" et pourrait coordonner l'élaboration de plans d'urgence avec les différents services de santé nationaux.

21H04 – MOSCOU: Vladimir Poutine offre ses services à Washington. Bien qu'il ait exclu toute participation militaire directe de l'armée russe à la campagne militaire préparée par les Etats-Unis en Afghanistan, le président russe a détaillé les modalités de son soutien à Washington: augmentation de l'aide militaire fournie par Moscou à l'opposition afghane anti-taliban, et participation directe aux "opérations de sauvetage": "La Russie est prête à offrir son espace aérien pour les vols d'avions transportant de l'aide humanitaire dans la région où l'opération aura lieu", a-t-il déclaré.

21H02 – WASHINGTON: Offensive contre les avoirs terroristes. Le président américain George W. Bush, déterminé à assécher les ressources financières des groupes terroristes, a annoncé que les banques américaines avaient gelé les avoirs financiers de l'organisation de Bin Laden (Al-Qaeda) et de 26 autres groupes. Lors d'une allocution prononcée depuis la Maison Blanche, il a expressément invité les banques des autres pays à faire de même:"Si vous faites des affaires avec les terroristes, si vous les soutenez ou les parrainez, vous ne ferez pas d'affaires avec les Etats-Unis d'Amérique".

Voici la liste des individus et organisations désignés par la Maison Blanche:

Les organisations: Al-Qaeda (Afghanistan); le groupe Abou Sayyaf (Philippines); le Groupe islamique armé (GIA, Algérie); Harakat al-Moujahidine (Cachemire); Al Jihad (Egypte); le Mouvement islamique d'Ouzbékistan; Asbat al-Ansar (Liban); le Groupe salafiste pour la prédication et le combat (Algérie); le Groupe de combat islamique libyen; Al Itihad al Islamiya (Somalie) et l'Armée islamique d'Aden (Yémen).

- Les personnes physiques: Ussama bin Laden; Mohammed Atef (alias Sobhi Abou Sitta, Abou Hafs al-Masri); Sayf al-Adl; Cheikh Said (Moustafa Mohammed Ahmad); Abou Hafs, le Mauritanien (Mahfouz Ould al-Walid, Khaled al-Chankiti); Ibn al-Cheikh al-Libi, le Libyen ; Abou Zoubaydah (Zein el-Abidin Mohammed Hussein, Tarek); Abdel Hadi al-Iraqi, l'Irakien (Abou Abdallah); Ayman al-Zawahiri; Tharwat Salah Chihata; Tarek Anouar al-Sayyed Ahmad (Fathi, Amr al-Fateh) et Mohammad Salah (Nasr Fahmi Nasr Hassanein

- Les organisations caritatives: Makhtab Al-Khidamat - Al Kifah (liée à al-Qaeda); Wafa; Al Rashid Trust (Pakistan) et Maamoun Darkazanli Import-Export Company.

17H14 – PARIS: Reçu à l'Elysée par Jacques Chirac, le président égyptien Hosni Moubarak a commencé en France une tournée européenne de trois jours destinée à discuter des conséquences des attentats du 11 septembre aux Etats-Unis. Il s'est notamment prononcé pour la tenue d'une conférence internationale sur le terrorisme.

Interrogé par la chaîne de télévision France 3, Hosni Moubarak a déclaré avoir été informé d'un projet d'attentat contre le président américain: "Le 13 juin dernier, on a pris connaissance d'un communiqué de ben Laden disant qu'il voulait assassiner George W. Bush et d'autres chefs d'Etat du G8 lors de leur réunion au sommet en Italie".

15H40 – BUDAPEST: Création du groupe antiterroriste "11 Septembre". Afin d'apporter une "réponse appropriée au terrorisme", le secrétaire général de l'Organisation internationale de police criminelle (OIPC - Interpol), Ronald Noble, a annoncé devant les 700 délégués des 179 pays membres réunis à l'occasion de l'ouverture de l'assemblée générale annuelle de l'organisation la création d'une unité visant à "faciliter la circulation des informations" sur le terrorisme dans le monde. L'unité "11 Septembre" sera basée à Lyon, siège de l'organisation.

14H42 ISLAMABAD: Retrait du personnel diplomatique à Kaboul. Le porte-parole du ministère pakistanais des Affaires étrangères, Mohammed Riaz Khan, a annoncé le retrait des diplomates pakistanais en poste à Kaboul. Devant la menace d'intervention militaire, les ONG humanitaires et les personnels des Nations unies on fait de même.

14H35 - LONDRES: Jack Straw, le patron du Foreign Office, est attendu dans la soirée à Téhéran où s'entretiendra avec le président iranien Mohamed Khatami. Une première pour la diplomatie britannique depuis la révolution islamique iranienne en 1979. Selon le Tehran Times, cette visite est destinée à "minimiser les effets négatifs de la participation [de la Grande-Bretagne] dans la campagne militaire américaine". Le porte parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Hamid-Reza Assefi, a quant à lui rappelé que Téhéran est défavorable à une décision "qui mettrait en danger des vies humaines".

De son côté, le n°2 du Foreign Office, Ben Bradshaw devait se rendre ce lundi à Alger pour s'entretenir de la "coalition internationale antiterroriste" avec le Premier ministre Ali Benfils et le ministre algérien des Affaires étrangères Abdelaziz Belkhadem. Il devait ensuite se rendre à Rabat où les parlementaire des Etats membres de l'Organisation de la conférence islamique (UOPMOCI) seront réunis jusqu'à Vendredi.

11H09 - KABOUL: Dans un communiqué adressé à l'agence Reuters, le ministre de la Défense du régime taliban, le mollah Obaidoullah, a déclaré que "300 000 hommes ont été postés dans le centre (de l'Afghanistan), le long des frontières, et dans d'autres zones stratégiques, en complément de forces déjà présentes".

Dimanche 23 septembre

16H09 - DJEDDAH: Ouverture d'une réunion extraordinaire du Conseil de coopération du Golfe persique (Arabie saoudite, Emirats arabes unis, Koweit, Bahrein, Oman et Qatar). Les gouvernements du CCG se déclarent prêts à participer à une coalition pour combattre le terrorisme, mais sous mandat de l'ONU. Lors de cette réunion, plusieurs informations ont filtré sur de récentes discussions très tendues entre Riyad et Washington. Le Prince Abdallah s'opposerait à l'utilisation de la base américaine de Kahrj (sud de la capitale saoudienne) pour lancer des raids contre les Talibans.

10H53 - TACHKENT: Confirmation de l'installation de plusieurs unités de l'US Air Force et de l'US Army en Ouzbékistan. Des hélicoptères d'attaque américains se trouvaient déjà sur place, à la suite de manoeuvres organisées le mois dernier dans le cadre de la convention Partenariat pour la Paix de l'OTAN. Ces derniers jours ils étaient positionnés sur la base de Touzel.

7H00 - LONDRES: Selon l'hebdomadaire Sunday Times, des unités britanniques des SAS sont actuellement déployées dans le nord de l'Afghanistan pour des missions de reconnaissance.

Samedi 22 septembre

16H43 - CAMP DAVID : Selon l'agence Associated Press, citant une source gouvernementale anonyme, le président George W. Bush s'apprête à signer un décret qui énumèrera les organisations terroristes considérées comme les ennemis des Etats-Unis pour leur responsabilité directe ou indirecte dans l'attaque du 11 septembre.

12H09 - WASHINGTON: Selon le National Transportation Safety Board, l'agence gouvernementale américaine en charge de la sécurité aérienne, trois des quatre boîtes noires des avions détournés contiennent des données "exploitables".

Vendredi 21 septembre

23H08 - LONDRES: Scotland Yard procède à l'interpellation de quatre peronnes dans le cadre de l'enquête sur l'attentat. Pas de précision sur leur identité et leur rôle dans les réseaux impliqués.

17H16 - BERLIN: Le ministère de la Justice allemand lance deux mandats d'arrêt contre des personnes présumées proches de Mohamed Atta, le chef du commando du premier avion, considéré comme le "cerveau" de l'opération du 11 septembre. Les deux individus recherchés sont: Ramzi Mohamed Abdullah Binalshibh, un Yéménite de 29 ans, et Said Bahaji, un Germano-Marocain de 26 ans. Ils ont résidé à Hambourg au même moment que Mohamed Atta.

09H14 - PARIS: La DST interpelle 7 personnes dans les milieux islamistes dans le cadre d'une enquête ouverte sur la tentative d'attentat contre l'ambassade américaine en France. Ce coup de filet découle des dépositions de Djamel Begal, un Franco-Algérien soupçonné d'appartenir à Al-Qaeda et arrêté aux Emirats arabes unis en juillet dernier.

07H28 - ISLAMABAD: Selon le quotidien pakistanais The News, Ussama Bin Laden a quitté l'Afghanistan quelques jours avant l'attentat. Le journal précise que l'ancien ministre pakistanais de l'Intérieur, Naseerullah Babar, a confirmé cette information.

04H35 - WASHINGTON: Discours de George W. Bush devant le Congrès. Il désigne Al-Qaeda et menace les Talibans. Déclaration : "l'ennemi de l'amérique n'est pas nos nombreux amis arabes. Notre ennemi est un groupe radical de terroristes et tous les gouvernements qui le soutiennent".

Jeudi 20 septembre

14H30 - KABOUL: Après deux jours de conclave, les oulémas ont publié un édit qui préconise le départ d'Ussama Bin Laden "dès que possible" et "de son plein gré" du territoire afghan. Celui-ci, recherché "mort ou vif" par les Etats-Unis après les attentats du 11 septembre, ne saurait, selon le texte, rester plus longtemps la cause du "désordre qui sévit actuellement". Ari Fleischer, porte parole de la Maison Blanche, a aussitôt émis se sérieuses réserves sur ce qu'il considère avant tout comme un effet d'annonce: les Etats-Unis exigent que "les figures-clé de l'organisation terroriste al-Qaeda, dont Ussama bin Laden, soient livrées aux autorités responsables et que les taliban ferment les camps terroristes en Afghanistan".

05H05 – WASHINGTON: En marge des tractations diplomatiques se dessinent les grandes lignes de l'"Opération justice sans limite" (Operation Infinite Justice). Le porte-avions USS Theodore Roosevelt a appareillé de Norfolk (Virginie) en direction de la Méditerranée. Selon la chaîne de télévision CNN, une centaine d'avions militaires rejoindront jeudi les "positions avancées" dans le Golfe. Il s'agirait notamment d'avions de chasse F-15 et F-16, de bombardiers B-52 et B-1, ainsi que d'avions de ravitaillement en vol et d' appareils de reconnaissance AWACS. Dans la journée de mercredi, Ichiro Imaizumi, porte-parole du ministère japonais de la Défense indiquait qu'un destroyer équipé de l'actuel système de combat Aegis ferait partie des bâtiments militaires que le Japon a l'intention de déployer pour soutenir la campagne américaine.

Mercredi 19 septembre

17H55 - TOKYO: Le Premier ministre japonais Junichiro Koizumi a annoncé des mesures de soutien logistique et technique aux Etats-Unis. Il a également déclaré que le gouvernement allait envisager la possibilité d'un amendement constitutionnel pour permettre aux Jietai (Forces japonaises d'autodéfense) de jouer un rôle plus actif dans le cadre de la "guerre d'un type nouveau" contre le terrorisme. Depuis la fin de la Guerre du Pacifique en août 1945, l'article 9 de la Constitution japonaise ne permet pas aux forces armées d'intervenir ailleurs que sur le seul territoire de l'archipel. Pendant la Guerre du golfe en 1991, le pays n'ayant pas la possibilité de projeter ses forces armées sur un théâtre d'opération extérieur, il avait versé une aide financière de 13 milliards de dollars aux forces alliées.

15H34 - BAGDAD: Le ministre des Affaires étrangères irakien Naji Sabri affirme dans un entretien publié dans l'hebdomadaire al-Iktisadi, que son pays "n'a aucun lien quel qu'il soit avec les attentats lancés contre des intérêts américains" qu'il condamne. Dans la journée de mardi, la chaîne de télévision CBS News révélait que l'un des pirates de l'air, l'Egyptien Mohamed Atta, avait rencontré en Europe un responsable des services secrets irakiens. Réagissant à cette information, James Woolsey, ancien directeur de la CIA et membre de la National Commission on Terrorism (LMR N°384) avait alors estimé que l'hypothèse de la participation d'un Etat à la coordination des attentats était crédible. Selon le quotidien britannique The Guardian, une rencontre aurait eu lieu non loin de Kandahar (Afghanistan) entre bin Laden et l'ambassadeur d'Irak en Turquie Farouk Hijazi.

11h53 - WASHINGTON: Selon le secrétaire américain à la Justice John Ashcroft il est possible "qu'il y ait eu plus de quatre avions visés par les détournements". Le FBI a jusqu'à présent interpellé 75 personnes, entendues dans le cadre d'infractions sur les lois de l'immigration" ou mises en détention dans le cadre d'une procédure dite "de témoin matériel". Le délai légal de garde à vue a par ailleurs été prolongé à 48 heures ou au-delà.

Mardi 18 septembre

21H18 - LONDRES: L'organisation radicale Al-Muhajirun (les exilés) basée à Londres, par la voix de son leader, le cheikh Omar Bakri (LMR n°401), a lancé une fatwa contre le président pakistanais Pervez Musharraf. Ce Syrien, qui n'a jamais dissimulé son soutien à Bin Laden, s'est exprimé sur l'antenne de la BBC, en appelant explicitement à "soutenir les musulmans en Afghanistan et à rejeter l'autorité de Musharraf", qui devrait être "puni pour ses crimes". Dans l'après midi, le mollah taliban Abdoul Razzaq avait annoncé depuis Islamabad sur la radio la Voix de la Charia que les Afghans se préparent à la "djihad" (guerre sainte) en réplique à une éventuelle campagne de représailles militaires conduite par les Etats-Unis.

16H52 - DOUCHANBE: L'Alliance du Nord, déterminée à venger l'assassinat du commandant Massoud, a réitéré par voie de presse ses propositions d'aide militaire aux Etats-Unis pour abattre le régime des talibans et permettre la capture d'Ussama bin Laden. "Notre gouvernement a annoncé que nous étions prêts à agir", a déclaré l'attaché militaire de l'Alliance du Nord (opposition afghane), Soleh Muhammad Registani, à l'agence Reuters. Soleh Muhammad Registani est stationné depuis le 9 septembre à Douchanbe, la capitale du Tadjikistan, où la 201e Division motorisée de l'armée russe avait été placée dimanche en état d'alerte.

13H00 - RYAD: Le roi Fahd aux côtés de Washington. La déclaration du roi Fahd diffusée à l'issue de la première réunion du gouvernement saoudien depuis le 11 septembre, indique que l'Arabie saoudite est disposée à coopérer avec les Etats-Unis "pour combattre le terrorisme sous toutes ses formes". Un soutien essentiel pour la légitimation de l'action des Américains, eu égard au poids religieux et économique de l'Arabie saoudite dans la région. Dans le même temps l'Iran, autre puissance régionale, exige que toute action antiterroriste soit placée sous mandat de l'ONU. Interrogé sur CNN dans la soirée de lundi, le ministre iranien des Affaires étrangères, Kamal Kharazi, avait déclaré: "Nous ne pensons pas qu'il soit légitime d'attaquer un pays pour punir une bande de terroristes" .

10h51 - ISLAMABAD: Les conditions de l'extradition. Lors de la rencontre de lundi à Kandahar, le guide suprême des taliban Mollah Omar aurait posé des conditions à la livraison d'Ussama bin Laden, demandant qu'il soit emmené dans un pays islamique neutre pour y être jugé "avec des garanties de traitement juste". Parmi les autres conditions posées figurent la levée des sanctions de l'Onu contre le gouvernement taliban, reconnu par trois pays seulement, et l'attribution d'une aide économique à l'Afghanistan. Les taliban demandent également la suspension de l'aide étrangère et militaire à l'Alliance du Nord.

08H03 - L'ENQUÊTE: Les investigations du FBI passent par Londres. Selon le quotidien britannique Daily Mail, cinq des 19 pirates de l'air ayant participé aux commandos suicide du 11 septembre auraient été formés ou se seraient entraînés en Grande-Bretagne. Le FBI a pris contact avec Scotland Yard pour approfondir les pistes offertes par la "filière britannique".

Lundi 17 septembre

21H58 - WASHINGTON: Le président américain George W. Bush a affirmé que le principal suspect des attentats de New York, Ussama bin Laden devait être capturé "Mort ou vif". Loin de la simple référence aux coutumes du Far West, cette déclaration entérine l'abandon de la doctrine en vigueur depuis la présidence de Gérald Ford il y a 25 ans, qui avait décrété l'interdiction des assassinats politiques. De sources diplomatiques, on apprenait qu'une cinquantaine "d'experts" américains étaient arrivés à Islamabad dans la nuit de jeudi à vendredi, dont certains appartiennent aux Forces spéciales.

19H16 - TEHERAN: Le guide de la révolution islamique Ali Khamenei s'oppose fermement à une intervention américaine en Afghanistan. Au cours des derniers mois, l'assouplissement des relations entre l'Iran et les Etats-Unis résultait des efforts diplomatiques du président élu, Mohamed Khatami. Le chef spirituel Ali Khamenei s'y est toujours montré très opposé. Ce dernier est également le commandant en chef des Pasdarans, les unités d'élites de l'armée.

17H17 - ISLAMABAD: La délégation pakistanaise dirigée par le chef des services de renseignement, le général Mahmoud Ahmed, n'a pas réussi à convaincre les taliban d'extrader Ussama bin Laden. Les taliban ont déployé entre 20 000 et 25 000 soldats près de la frontière, a déclaré un responsable de l'armée pakistanaise, laquelle a également renforcé sa présence dans cette région. Selon Rachid Kourechi, porte-parole du président pakistanais Pervez Musharraf, la délégation prolongera sa mission de médiation à Kandahar pendant 24 heures. De son côté, le guide suprême des taliban Mollah Omar a convoqué le Shoura (conseil) des Oulémas (chefs religieux) à Kaboul, dans le but de statuer sur le sort de bin Laden, et de préparer la défense du pays à d'éventuelles frappes américaines.

16H52 - BRUXELLES: Rencontres antiterroristes au sommet. Les juges français Jean-Louis Bruguières et Jean-François Ricard se sont rendus ce lundi dans un bâtiment de la police fédérale à Bruxelles pour rencontrer des magistrats et policiers allemands, belges et néerlandais afin de faire le point sur les arrestations qui ont eu lieu depuis une semaine les milieux islamistes supposés en relation avec les attentats du 11 septembre à New York. "Nous avons ici affaire à un réseau de moudjahidines qui sont lancés à travers l'Europe, dans la mouvance radicale islamiste, c'est évident", a déclaré le juge belge Bernard Michel, substitut du procureur du roi, en soulignant que "la menace (...) concernait l'ensemble de l'Europe". Par ailleurs, une réunion extraordinaire des ministres européens de la Justice et de l'Intérieur, prévue jeudi 20 septembre, sera notamment consacrée au "mandat d'arrêt européen" et à l'accélération des procédures d'extradition.

16H28 - MOSCOU: - La plupart des anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale (Tadjikistan, Ouzbékistan, Kazakhstan, Kirghizstan) semblent disposées à coopérer avec les Etats-Unis dans l'hypothèse d'une intervention armée contre l'Afghanistan. Cette coopération pourrait se concrétiser par l'ouverture de leur territoire, et la mise à disposition de bases à la communauté internationale. Selon le bureau de l'AFP à Moscou, seul le Turkménistan (744 km de frontière avec l'Afghanistan) a émis des réserves. La République de Géorgie, qui souhaite se rapprocher de l'OTAN, a également offert ses services à la communauté internationale.

15H30 - KABOUL: Fermeture de l'espace aérien. Le ministre taliban de l'Aviation, Mohammad Mansour, estimant probable le risque d'une attaque des Américains, a interdit le survol de l'espace aérien afghan à toutes les compagnies internationales. Par ailleurs, l'armée de l'air a été placée en état d'alerte.

13H50 - KHARTOUM: Le président soudanais Omar Al Bechir, soucieux ne pas faire les frais d'une réaction "émotionnelle" de Washington, a tenu à rappeler que le Soudan "n'est pas un Etat terroriste, ne soutient pas le terrorisme, et ne se fait pas l'avocat d'actes visant des civils et des innocents". Le Soudan avait abrité Ussama bin Laden entre 1990 et 1995. Le 20 août 1998, les Etats-Unis avaient bombardé l'usine pharmaceutique al-Shiffa au nord de Khartoum, suspectée de fabriquer clandestinement des armes chimiques.

9h28 - MALASPA (Afghanistan): les partisans du commandant assassiné Ahmed Shah Massoud doutent de l'efficacité d'une riposte massive américaine en Afghanistan. Abdullah Abdullah, ministre des Affaires étrangères du gouvernement chassé de Kaboul par les taliban en 1996 et aujourd'hui porte-parole de l'opposition, presse Washington d'oeuvrer à une opération "combinée" contre les taliban et leur "hôte", Ussama bin Laden.

Dimanche 16 septembre

19H15 - WASHINGTON: Lors de l'émission Meet the Press, sur la chaîne de télévision NBC, le vice-président américain Dick Cheney s'est prononcé en faveur d'une extension des pouvoirs du Département de la Justice en matière de lutte contre le terrorisme. Dans le même temps, il a requis l'abandon des restrictions qui empêchaient officiellement la CIA d'avoir recours à des agents doubles liés à des groupes terroristes: "Nous devons être en mesure d'infiltrer ces organisations" en employant "tous les moyens à notre disposition", a-t-il déclaré.

16H14 - MOSCOU: Le ministre de la Défense Russe Sergeï Ivanov annonce que la 201e Division motorisée positionnée au Tadjikistan vient d'être placée en état d'alerte.

13H39 - L'ENQUETE: Les investigations permettent d'établir un lien entre l'attentat contre le navire USS Cole, perpétré dans le port d'Aden au Yémen, et celui du mardi 11 septembre. Deux des pirates de l'air, Khalif el Midhar et Salem Alhamzi, étaient recherchés depuis plusieurs mois dans le cadre de l'attentat du port d'Aden.

12H22 - BEYROUTH: Les représentants du Hezbollah libanais diffusent un communiqué relatif à l'attentat. Ils se déclarent proches de la souffrance de ceux qui ont perdu un proche dans les attaques de mardi dernier. Le communiqué ajoute : "Maintenant, la question est de savoir si ce que prévoit l'administration américaine a quelque chose à voir avec les représailles contre ceux qui ont perpétré ces dernières attaques, ou si elle veut exploiter ces tragiques événements pour accroître son hégémonie dans le monde".

11H31 - LONDRES: La Grande-Bretagne demande officiellement à tous ses ressortissants de quitter le territoire pakistanais.

Samedi 15 septembre

23H34 - ISLAMABAD: Le président américain George W. Bush vient de téléphoner au chef de l'Etat Pervez Musharaf pour le remercier du soutien que le Pakistan allait apporté aux Etats-Unis

14H01 - L'ENQUETE: Le FBI a publié des données civiles sur les 19 pirates de l'air kamikazes impliqués dans les attentats. Voici ces éléments : (American Airlines #77 Boeing 757) Khalid Al-Midhar - Possible residence (s) : San Diego, California and New York, New York; Visa Status: B-1 Visa, but B-2 Visa had expired. Majed Moqed - No information available. Nawaq Alhamzi - Possible residence (s) : Fort Lee, New Jersey and Wayne, New Jersey and San Diego, California. Salem Alhamzi - Possible residence (s) : Fort Lee, New Jersey, and Wayne, New Jersey. Hani Hanjour - Possible residence (s) : Phoenix, Arizona and San Diego, California. Believed to be a pilot.(American Airlines #11 Boeing 767)Satam Al Suqami - Date of birth used: June 28, 1976; Last known address: United Arab Emirates. Waleed M. Alshehri - Dates of birth used: September 13, 1974/January 1, 1976/ March 3, 1976/ July 8, 1977/ December 20, 1978/ May 11, 1979/ November 5, 1979; Possible residence (s) : Hollywood, Florida/ Orlando, Florida/ Daytona Beach, Florida; Believed to be a pilot. Wail Alshehri - Date of birth used: July 31, 1973; Possible residence (s) : Hollywood, Florida, and Newton, Massachusetts; Believed to be a pilot. Mohamed Atta - Date of birth used: September 1, 1968; Possible residence (s) : Hollywood, Florida/ Coral Springs, Florida/ Hamburg, Germany; Believed to be a pilot. Abdulaziz Alomari - Date of birth used: December 24, 1972 and May 28, 1979; Possible residence: Hollywood, Florida; Believed to be a pilot.(United Airlines #175 Boeing 767)Marwan Al-Shehhi - Date of birth used: May 9, 1978; Possible residence: Hollywood, Florida; Visa Status: B-2 Visa; Believed to be a pilot. Fayez Ahmed - Possible residence: Delray Beach, Florida. Ahmed Alghamdi - Possible residence: Delray Beach, Florida. Hamza Alghamdi - Possible residence: Delray Beach, Florida. Mohald Alshehri - Possible residence: Delray Beach, Florida.(United Airlines #93 Boeing 757)Alghamdi - Possible residence: Delray Beach, Florida. Ahmed Alhaznawi - Date of birth used: October 11, 1980; Possible residence: Delray Beach, Florida. Ahmed Alnami - Possible residence: Delray Beach, Florida. Ziad Jarrahi - Believed to be a pilot.

08H42 - L'ENQUETE: Sur les six personnes suspectées d'animer un réseau islamiste et interpelées jeudi à Rotterdam, on apprend que l'une d'elle se préparait pour un attentat contre l'Ambassade des Etats-Unis de Paris. Sa base logistique se situait en Belgique. Deux juges anti-terroriste français se rendront lundi à Bruxelles.

08H28 - JERUSALEM: Le bureau d'Associated Press annonce qu'à l'appel du mouvement Hamas, environ 1500 palestiniens ont défilé dans les rues de Gaza en brandissant des portraits d'Ussama Bin Laden. La police palestinienne a tenté d'empêcher les photographes de presse de suivre le cortège, avant de le disperser.

02H34 - L'ENQUETE: Le département américain de la Justice annonce l'arrestation d'un premier individu, suspecté d'être en relation directe avec l'attentat perpétré. Les officiels affirment qu'il détient des informations de la plus haute importance. Depuis le début de l'enquête, le FBI a reçu 36000 appels de personnes désireuses de transmettre des informations susceptibles d'aider les enquêteurs.

Vendredi 14 septembre

17H34 - L'ENQUETE: Les soupçons sur Al-Qaeda se précisent. Les noms des 19 pirates de l'air ont été diffusées sur CNN. Selon les sources de CNN à Washington, les enquêteurs pensent pouvoir établir l'appartenance de des individus au Jihad egyptien. Un groupe connu pour son allégeance à Al-Qaeda, l'organisation d'Ussama Bin Laden (LMR n°390).

13H50 - L'ENQUETE: Une opération conjointe des polices belge et néerlandaise a conduit à l'interpellation de six islamistes présumés. Ces derniers étaient soupçonnés de préparer des attentats contre des cibles américaines en Europe.

7H34 – WASHINGTON: Ce ne sont pas 20 milliards, mais 40 milliards de dollars que le Congrès a accordés à la Maison Blanche pour le fonds "spécial attentats" demandé par George W Bush. Il sera destiné à la lutte contre le terrorisme et la réparation des dégâts occasionnés par les attaques contre le World Trade Center et le Pentagone. Selon Paul Wolfowitz, sous-secrétaire d'Etat à la défense, une part "significative" de ce fonds reviendra aux forces armées. Par ailleurs des milliers de réservistes (entre 30 000 et 50 000) seront rappelés au service actif.

Jeudi 13 septembre

20H59 - WASHINGTON: Un rapport rédigé par Kenneth Katzman, spécialiste des questions de terrorisme au Congressional Research Service et publié ce jeudi, mettait en garde contre bin Laden et la menace "de plus en plus significative (...) contre les intérêts américains au Proche-Orient et peut-être ailleurs". Déjà en juin 1999 devant les caméras de CNN, Katzman, avait estimé que bin Laden, dont la fortune est évaluée à plus de 300 millions de dollars, était en mesure d'agir n'importe où, "même à Washington DC". Katzman avait ajouté que les cibles potentielles d'attaques terroristes étaient "la réserve fédérale, les institutions bancaires et tout ce qui symbolise pour bin Laden le capitalisme américain".

18H31 - WASHINGTON: Plusieurs fois, l'hypothèse d'actions contre bin Laden a été étudiée à la fin de la présidence Clinton. La question est sur toutes les lèvres depuis les révélations d'Associated Press, confirmées depuis par d'anciens hauts responsables de l'administration Clinton selon lesquels, "dans les derniers jours de la présidence Clinton, l'administration américaine avait reçu des renseignements précis localisant Ussama bin Laden et avait envisagé une action militaire contre le terroriste". Mais le principe d'une attaque aurait finalement été écarté, les décideurs estimant qu'ils manquaient d'informations pour engager une telle action. "Cela s'est produit deux fois, notamment en décembre", a reconnu l'ex-conseiller à la sécurité nationale Sandy Berger à Associated Press. "Nous aurions dû le mettre sur la défensive. Il réfléchirait alors aux moyens de nous échapper plutôt que de préparer de vastes opérations terroristes", a estimé pour sa part le sénateur républicain Orrin Hatch membre des commissions judiciaire et de renseignement du Sénat.

14H53 - L'ENQUETE: Les liens entre Bin Laden et Boston sont passés au crible dans le cadre des investigations menées sur les différentes ramifications de sa nébuleuse terroriste. Selon Robert Fitzgerald, ex-No2 du FBI à Boston, "à l'évidence, l'activité de son groupe ici est importante." En 1994, Cheikh Bakr Mohammed bin Laden, le frère d'Ussama bin Laden, a fait une importante donation à la faculté de droit de Harvard.

14H15 - L'ENQUETE: Hambourg. La police a interpellé un homme alors qu'elle perquisitionnait huit appartements sur la piste de deux auteurs présumés des attentats, d'origine arabe. Ceux-ci auraient vécu à Hambourg jusqu'en février. Le procureur général fédéral allemand, Kay Nehm, a annoncé l'ouverture d'une information judiciaire sur une "association terroriste", évoquant des per-sonnes "aux convictions islamistes fondamentalistes".

La police américaine s'intéresse également un à Franco-Algérien de 31 ans, non identifié, résident en Grande-Bretagne et qui avait pris des leçons de pilotage à Boston (nord-est des Etats-Unis). Il avait été arrêté avant les attentats

12H09 - DIPLOMATIE: Le président chinois Jiang Zemin a annoncé par téléphone à George W Bush que Pékin était prêt à renforcer le dialogue et la coopération avec les Etats-Unis et la communauté internationale pour combattre "toute forme de violence terroriste". L'Arabie saoudite et le Pakistan ont apporté leur soutien à la cause. Ces pays sont avec les Emirats arabes unis les seuls pays à reconnaître la légitimité du régime des taliban en Afghanistan.

7H37 - L'ENQUETE: Les autorités américaines ont identifié plus d'une douzaine de pirates de l'air originaires du Proche-Orient et ont rassemblé des preuves les reliant à Ussama Bin Laden. Sur la cinquantaine de personnes qui pourrait avoir été impliquée dans ces attentats, certaines ont laissé des lettres de suicide.

0H12 - WASHINGTON: le secrétaire d'Etat Colin Powell, l'Attorney General (ministre de la justice) John Ashcroft et le porte-parole présidentiel Ari Fleischer affirment que les enquêteurs disposent "d'informations crédibles et réelles" selon lesquelles l'avion détourné ayant percuté le Pentagone visait à l'origine la Maison Blanche et qu'Air Force 1 paraissait aussi menacé.

Mercredi 12 septembre

23H18 - DIPLOMATIE: Le conseil de l'Atlantique Nord invoque l'article V du traité de l'Otan ("une attaque armée contre l'un ou plusieurs des pays alliés, en Europe ou en Amérique du Nord, sera considérée comme une attaque dirigée contre tous les alliés") pour justifier la possibilité de l'engagement de l'Otan aux côtés des Etats-Unis dans une opération militaire.

22H41 – L'ENQUETE: Le FBI estime qu'une cinquantaine d'individus pourraient être impliqués de près ou de loin dans les attentats. Les terroristes, armés de couteaux et cutters, étaient de trois à six par avion. Six d'entre eux avaient suivi des cours de pilotage en Floride et étaient sur la liste des passagers des vols suicide. Les enquê-teurs se sont rendus mercredi dans plusieurs localités de Floride, dont Coral Springs, Venice et Vero Beach, fouillant des appartements et interrogeant les directeurs d'écoles de pilotage. L'un des suspects a été identifié comme étant Mohamed Atta, 33 ans. Une voiture de location à son nom a été retrouvée à l'aéroport de Boston.

Trois autres personnes ayant vécu en Floride et qui sont mortes dans un des avions de la compagnie American Airlines ont également fait l'objet des recherches du FBI, selon le Miami Herald: Abdoulatif el-Omari et deux frères, Wail el-Shehri, 28 ans et Walid el-Shehri, 25 ans. Ce dernier était détenteur d'une licence de pilote.

0H40 – WASHINGTON: Le président George W Bush engage son pays à mener "une bataille monumentale du bien contre le mal". Pour sa part, le Congrès, devrait unanimement voter le déblocage de 20 milliards de dollars, notamment pour le financement de l'enquête et le renforcement de la sécurité sur le territoire.

Le Secrétaire d'Etat, Colin Powell, déclare que les Etats-Unis préparent la mise en place d'une coalition internationale impliquant l'Otan mais aussi des pays musulmans.

Mardi 11 septembre

23H44 - L'ENQUETE: Le sénateur républicain Orrin Hatch, membre des Commission judiciaire et de renseignement du Sénat, fait état de sources bien informées étant parvenues "à la conclusion que cela ressemble à la signature d'Ussama bin Laden".

WASHINGTON: Le secrétaire à la Défense, Donald Rumsfeld, assure que les Etats Unis vont rechercher les cou-pables des attaques terroristes. Revenant au cours d'une conférence de presse sur les événements de la journée, il déclare: "Nous avons collaboré étroitement avec le président Bush, avec le vice-président Cheney, avec le directeur de la CIA George Tenet, avec le vice-président de l'état-major Dick Myers, (...) et avec de nombreux autres res-ponsables de l'ensemble du gouvernement".

LES FAITS: 8H56 New York. Un avion détourné se crashe sur la tour nord du World Trade Center (WTC). 9H14: un deuxième avion se crashe sur la tour sud du WTC. 9H43: le Pentagone (ministère de la Défense américain) est également victime de l'attaque d'un avion suicide. 10H10: Un Boeing 757 d'United Airlines se crashe dans une zone boisée à 13 km de Pittsburg. Peu après 10H00, les twin towers du World Trade Center vont s'effondrer entièrement, provoquant des scènes de panique et de désolation dans Manhattan, le point névralgique de l'économie américaine.

volver